Hypnose Ericksonienne

L’hypnose Ericksonienne est issue de la pratique de Milton Erickson (1901-1980). Caractérisée par une approche souple, indirecte (métaphores) et non-dirigiste, cette forme d’hypnose a donné naissance à de nombreux courants de psychothérapie moderne : thérapie familiale, thérapie brève (stratégique, systémique), programmation neuro-linguistique(PNL)…

Milton Erickson

Pour Milton Erickson, l’inconscient est profondément bon et puissant. Il se révèle une puissance bienveillante avec laquelle l’état hypnotique doit permettre de coopérer. L’inconscient est capable de mobiliser des ressources intérieures, des potentialités susceptibles de conduire aux changements désirés. L’hypnose ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution de la problématique.

L’état de transe n’est pas un phénomène anormal. C’est un phénomène courant, pouvant survenir plusieurs fois dans une journée. Parfois, vous avez pu circuler en auto d’un endroit à un autre sans vous en rendre compte. C’est un état de transe.

Cet état mental est différent de son niveau de conscience habituel. Il se caractérise par un niveau élevé d’organisation mentale, une attention intense et la capacité d’initier un comportement orienté vers un but conscient.
Même si l’état d’hypnose apporte un effet de détente et de relaxation, les gens sont capables de parler, de réagir et de sortir de cet état quand ils le veulent.

L’hypnotisme est l’utilisation de la suggestion chez un individu en état d’hypnose qui l’amène dans un état physiologique où la suggestibilité est accrue.
Le patient, pendant son travail en hypnose, est accompagné par le thérapeute, qui au cours d’une simple induction, lui permet d’accéder aux ressources de son inconscient : le sujet est totalement respecté dans sa structure psychique et au niveau de ses valeurs. Il trouve lui-même la réponse à son problème, dans la gamme de ses capacités personnelles.

Il s’agit d’une thérapie brève (10 séances en moyenne), cognitivo-comportementale, qui permet de résoudre un problème ou une souffrance personnelle.

Le traitement se déroule ainsi dans un cadre thérapeutique et éthique bien défini, mettant le sujet dans une sécurité et une confiance qui lui permettent d’obtenir le résultat souhaité et défini par lui seul.

Champs d’application

  • Etats dépressifs, stress
  • Troubles anxieux, Angoisse
  • Troubles de la personnalité
  • TOCs, Manies
  • Phobies, Phobies scolaires, sociales, etc.
  • Travail sur le deuil
  • Travail sur les violences et les séquelles de traumatismes
  • Travail sur les dépendances
  • Domaine médical et dentaire: préparation à une intervention chirurgicale, résolution d’une phobie des soins médicaux ou dentaires, travail sur les acouphènes, la perception de la douleur, etc.
  • Domaine spécifiquement dentaire: travail sur le bruxisme statique ou dynamique (serrer les dents, grincer des dents), travail sur les acouphènes, sur la succion du pouce.
  • Douleurs chroniques, céphalées, douleurs post-traumatiques ou oncologiques accompagnées de raideurs, spasmes ou névralgies.
  • Autres problèmes tels que la maladie de Raynaud, l’asthme, les troubles menstruels, les troubles digestifs, énurésie…

Source: Cahier d’éducation médicale, mai 1980

Laisser un commentaire