HTSMA

Jusqu’il y a quelques années, les thérapeutes utilisaient le plus souvent l’hypnose pour travailler le souvenir traumatique. Leur choix actuel s’est diversifié avec l’arrivée de L’EMDR et, plus récemment, de l’HTSMA : Hypnose, Thérapie Stratégique et Mouvements Alternatifs.

En 1989, Francine Shapiro, californienne qui fut Senior Research Fellow au MRl de Palo Alto, décrit une méthode qu’elle intitule « Eye Movement Desensitization and Reprocessing » ou EMDR. En faisant faire au patient des séries de mouvements des yeux, elle l’expose au souvenir traumatique comme dans une désensibilisation puis opère une restructuration cognitive. Shapiro utilisa au départ un mouvement de va et vient des doigts du thérapeute devant le visage du patient :celui-ci était invité à suivre ces mouvements sans bouger la tête, par des mouvements des yeux (d’où le nom donné initialement à cette méthode par Shapiro), Par la suite, des stimuli auditifs et kinesthésiques furent également utilisés. Initialement utilisée dans l’état de stress post-traumatique (PTSD), cette méthode l’est actuellement de façon beaucoup plus large dans de nombreuses situations cliniques dans lesquelles le patient crée un lien entre un événement vécu comme traumatisant et sa symptomatologie, physique et/ou psychique.

Au-delà de l’EMDR : l’HTSMA

Formateur EMDR et s’appuyant sur son expérience de l’Hypnose et des Thérapies Brèves, Eric Bardot et le groupe AREPTA de Nantes ont développé un modèle intégratif associant divers courants thérapeutiques.

– Une stratégie de traitement :

A partir d’un modèle stratégique et hypnotique (M. Erickson), du modèle constructiviste (Palo Alto), se greffent le tissage sensoriel O. Mills), le modèle de Nardone, le modèle solutionniste de Steve de Shazer, et le protocole Shapiro.

Ce modèle est généralisable non seulement aux troubles psychotraumatiques complexes, mais également à de très nombreuses situations cliniques psychologiques mais aussi des symptômes corporels (douleur psychosomatique… etc) y compris en urgence. Il permet le travail en dissociation sans abréaction, avec les ressources spécifiques du patient, incluant un tissage sensoriel et mettant l’accent sur le travail corporel.

– Les stimulations alternatives

Comme technique d’induction (mouvements oculaires, stimulations auditives alternées, tapping sur les mains, les épaules, mouvements alternés des pieds etc…), ces stimulations ont une fonction comparable à l’utilisation de la lévitation par Erickson ou à la technique de polarité des mains de Rossi. Il est d’ailleurs aisé de passer de l’une à l’autre.

Comme l’EMDR, l’HTSMA s’inscrit dans une approche neuro-émotionnelle faisant appel à la stimulation sensorielle par des mouvements alternés croisés. Il s’agit d’une stratégie s’apparentant aux thérapies brèves. Elle facilite la résolution rapide des symptômes liés à des événements traumatiques du passé. C’est un des traitements les plus efficaces de l’Etat de Stress Post Traumatique (ESPT). Il est indiqué également dans les états dépressifs, angoisses, phobies, tocs, troubles psychosomatiques, douleurs, fatigue chronique, troubles du sommeil… Il s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants.

Ce type de thérapie est recommandé par le Docteur Serban-Schreiber, auteur du livre «Guérir» (guerir.fr).

Michelle SKA a été formée à ces techniques par les Docteurs Eric BARDOT et Yves DOUTRELUGNE.

Source: article paru dans Agenda Plus

Laisser un commentaire